Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 mai 2010

Les lauriers-tin et les micocouliers se ressèment si facilement...

laurier-tin.png

Incroyable comme les lauriers-tin ont la possibilité de pousser un peu partout! Chaque année c'est la même histoire, il faut que je les enlève des pots de fleurs qu'ils squattent sans état d'âme! Remarquez, ils ne  sont pas les seuls car les micolouliers leurs tiennent compagnie, ceux-là sont champions toutes catégories pour ce qui est de la levée de leurs graines.  Potées, jardinières et massifs situés à proximité de ces arbres sont envahis et en ce moment le nettoyage est sévère, il faut enlever tous ces petits plants indésirables pour éviter qu'ils ne s'imposent. La nature a parfois une exubérante envie de s'étendre!

Les lauriers-tin sont des arbustes intéressants : ils ont une belle floraison et des baies bleu-métallique qui leur permettent d'être attractif toute l'année.  Ils constituent des bosquets naturels et se mêlent à d'autres arbustes pour former des haies compactes sur certaines limites du jardin, leur taille s'y prête bien car ils ne sont pas très hauts.

Les micocouliers eux sont de taille respectable, ce sont de beaux arbres aux branches souples qui en été offrent une ombre appréciable. Ils se plaisent bien dans le sud où climat et sol leurs conviennent parfaitement ce qui leur permet de culminer jusqu' à 20 ou 25 m, ailleurs le froid freine leur croissance et ils ne dépassent guère les 10m. Inutile toutefois de planter ce bel arbre dans les zones les plus froides, il n'y poussera pas.

09 mai 2006

LE MICOCOULIER, UN ARBRE DU SUD.

medium_dsc00696.jpg

Un bel arbre du sud, son nom a des accents du midi. Il est présent sur tout le pourtour méditerranéen et pousse dans les terrains vagues et les bordures de chemin, mais on le trouve aussi dans les jardins d'ornement où sa belle allure fait merveille avec ses 20m de haut.

En hiver il est dénudé mais dès avril ses branches souples se couvrent d'un beau feuillage vert clair accompagné d'une floraison tellement insignifiante qu'on ne la voit pas.

En ce moment il porte des fruits semblables à de petites cerises vertes, ils sont légèrement sucrés et comestibles mais n'ont pas une grande valeur gastronomique car composés principalement d'un noyau dont on peut extraire une huile. Ces drupes font le régal des oiseaux pendant tout l'hiver et se ressèment si facilement que l'on retrouve des petits micocouliers partout dans le jardin, y compris dans les pots de fleurs!

Le bois de cet arbre a toujours servi pour la fabrication d'outils, de cannes, de fouets, de cravaches, de manches d'outils. Dans la région de Perpignan où les plantations sont importantes, il subsiste (à Sorède) un atelier qui travaille ce bois comme autrefois, et à Sauve(Gard) le micocoulier est encore utilisé pour fabriquer des fourches. Avant la mécanisation des travaux agricoles, cette production était très importante, maintenant elle existe de façon restreinte.

Voilà un arbre qui, en dehors de toutes ces considérations économiques, présente le grand avantage de dispenser une ombre bienvenue quand le soleil tape sur la région.