Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 juin 2011

Des oeillets de poête dans les massifs

oeillet de poête.png

Décidement, j'ai vraiment bien fait d'avoir planté autant  d'oeillets de poêtes l'an dernier!  Regroupés en bordure de massif, ils  se sont bien étoffés et forment un ensemble très coloré qui ne demande que peu de soins.

fleurs,jardins,oeillet de poête

Peu d'arrosages car ces oeillets craignent l'humidité, quelques interventions pour couper les fleurs fanées qui les fatiguent, voilà qui suffit à la bonne santé de ces charmantes plantes. Cet été, si cela vous tente, vous pourrez les multiplier en effectuant des boutures de tiges qu'il faudra bien sûr laisser à l'ombre.

14 octobre 2010

Le sédum spectabile en bouquet d'automne

sedum spectabile.png

Cette variété de sédum que j'ai obtenue il y a quelques années en participant à un troc plante, ne m'a jamais déçue. D'abord son feuillage vert bleuté est agréable à l'oeil et puis sa floraison rose est intéressante car elle intervient en fin d'été et se prolonge jusqu'à la Toussaint . En ce moment, mon sédum ressemble à un énorme bouquet de fleurs!

L'hiver la plante reste sous une avancée de toit ce qui abrite quelque peu le système racinaire car pour ce qui est de la partie aérienne, elle disparait à partir du mois de décembre pour revenir en force dés les beaux jours.

Les soins? Alors là, je crois qu'on peut difficilement trouver une plante plus facile à vivre car elle se contente du minimum. Bien sûr elle est installée au sud et profite d'un bon ensolellement, c'est son emplacement favori. Je l'arrose un peu en été mais elle possède une très bonne résistance à la sècheresse et supporte parfaitement les oublis même prolongés.

Pas de maladie, pas de parasite, pas d'absolue nécessité de rempotage, une multiplication facile par boutures mises directement dans un mélange de terre et de sable : ça c'est un sédum qui à tout pour plaire.

 

06 juillet 2010

Petite histoire : vol d'oiseau interrompu...

oiseau 3.png


Trop sûr de lui, il  volait à toute allure et s'est pris de plein fouet la vitre de la porte-fenêtre contre laquelle il a été taper. Assommé, le petit oiseau est resté prostré et je me suis vite empressée d'aller enfermer Cajou et Chipie de peur qu'elles ne se jettent sur lui, ces deux chattes sont très vives dés qu'il s'agit d'attrapper les oiseaux.

oiseau 2.png

Je l'ai surveillé un moment. Il est resté immobile, sonné, puis s'est un peu ébroué et a commencé à avancer tout doucement, se dandinant sur ses pattes. Apparemment il n'avait rien de cassé. Après quelques petits bonds d'entrainement  il a battu des ailes pour s'élever et se poser sur la branche d'un arbuste tout proche.

Et puis  brusquement il s'est envolé, finalement son aventure n'aura pas été si grave, tant mieux!

 

22 juin 2010

La division du strelitzia


strelitzia1.png

Certains ne les aiment pas, les jugeant trop artificiels, d'autres adorent leurs couleurs vives et leur forme qui rappelle un tête d'oiseau, c'est selon. Moi, j' aime bien les strelitzias et je guette toujours l'apparition des boutons floraux. Je me souviens de ma déception quand la première année, les boutons avaient avortés. C'était de ma faute, je n'avais pas respecté le repos hivernal de cette plante. Depuis cet épisode, ils fleurissent régulièrement 2 fois par an et a un rythme de vie bien réglé : d'avril à novembre ils sont dehors puis  passent ensuite la mauvaise saison dans une pièce très claire, non chauffée mais hors gel.

Actuellement en pleine floraison, mes strelitzias ont  eu droit ces dernières années à un surfaçage avec apport de bon terreau. Il faudrait diviser les touffes car elles sont devenues trop importantes et les plantes sont maintenant un peu à l'étroit dans leur grand bac.  Cela fait 3 ans que je reporte cette opération mais là, je suis décidée à agir car la floraison finira par en pâtir. Je vais attendre que les fleurs soient toutes fanées et je  procéderai à la séparation des rhizomes, ça ne va pas être très facile vu la grosseur des  touffes et en plus il va falloir faire bien attention d'effectuer des coupes franches.

Chaque partie coupée doit comporter des racines et des feuilles : ça, c'est indispensable! Vu la taille actuelle de mes strelitzias,  je vais me retrouver avec quelques plantes supplémentaires qu'il va falloir replanter et soigner mais si je me débrouille bien ( si je n'abîme pas les racines)  ces nouvelles plantes devraient fleurir l'année prochaine, alors ça vaut quand même la peine de se décarcasser!

 

 

06 mai 2010

L'ultime combat...

insectes.png

Dure loi de la nature. Attirée par l'agréable senteur de la fleur d'ail et  par les étamines colorées de cette dernière, la petite guêpe n'a pas vu le danger et s'est trouvée empêtrée dans les fils tendus par son prédateur. Battements d'ailes, tentatives d'évasion, rien n'y a fait, la petite araignée jaune  bien concentrée sur sa proie, s'est vite dépêchée de s'emparer de sa victime et de lui injecter son venin paralysant.

Point de salut pour la guêpe. Vite immobilisée et entrainée par son agresseur elle finira vidée de sa substance.

09 mai 2009

Clématites dans le bleu du ciel...

cématite.png

La lumière a parfois un effet magique et mes clématites me sont apparues encore plus belles sur fond de ciel d'azur! Elles fleurissent chaque année sans se faire prier et celle de la première photo s'est agrippée à un chevrefeuille qui commence à embaumer, une association trés réussie.

clematite.png

Mes clématites ont été plantées de façon à avoir toutes les chances de bien pousser : la tête au soleil et le pied à l'ombre bien évidemment, mais aussi la motte positionnée couchée en courbant doucement la tige ce qui permet un enracinement parfait de la plante.

Un tuteur pour les guider, des arrosages réguliers mais non excéssifs ( la plante n'aime pas avoir les racines qui trempent) et des apports d'engrais modérés ( trop d'engrais entraine un développement exagéré du feuillage), voilà avec une bonne taille tout ce qui permet à mes clematites d'être magnifiques en ce moment.

04 mai 2009

Un mini bassin à poissons?

bassin.png

Venue me rendre visite, mon amie est contemplative devant le bassin où les iris jaunes sont tous en fleurs. Les nénuphars poussent, les myriophyllims indispensables à la bonne oxygénation de l'eau ont envahis tout un coin du bassin...Les petits poissons s'en donnent à coeur joie pendant que les grenouilles qui ont plongé à notre arrivée, refont discrètement surface.

"Qu'est ce que c'est agréable. Dommage que mon jardin soit si petit!

-Pourquoi est- ce que tu ne te crées pas un mini bassin? Il te suffit d'un vieux tonneau découpé à moitié ou d'un grand bac , c'est suffisant.

-ah bon t'es sûre?

-Mais oui, par précaution tu mets une bâche à bassin dans ton bac, comme ça tu n'auras pas de problème d'étancheité.  Aprés, tu installes un pied de nénuphar au fond et tu poses un gros caillou sur lequel tu mets un pot de myriophyllum et un petit papyrus. Voilà, tu n'as plus qu'à le remplir d'eau. Pour compléter le tout, laisse quelques jacinthes d'eau flotter à la surface et dans quelques jours quand l'eau aura un peu stagné tu pourras y lacher quelques petits poissons rouges.

Alors, tu es partante pour cette réalisation? Je viens t'aider!"

 

30 mars 2009

Séjour dans les Alpes : retour en hiver!

Me voilà revenue d'un petit séjour dans les Alpes. Là-bas c'est encore l'hiver et les arbres sont bien dénudés, quelle différence avec notre sud où le printemps est bien avancé!

Neige sur fond de ciel bleu, le paysage est magnifique et les balades agréables même pour quelqu'un comme moi qui n'aime pas le froid...

neige.png

C'est qu'il y a toujours à découvrir : le village typiquement savoyard d'abord, puis les chemins bordés de bouleaux qui se révèlent particulièrement esthétiques avec leurs lampions de gel. Plus loin un groupe d'arbres attire mon regard, les lichens les ont envahis et de longues barbes se balancent au vent.

lichens.png

Au détour d'un sentier, en contrebas de la pente, là où un peu de neige a fondu, une tache jaune me surprend, ce sont de petites fleurs portées par des tiges épaisses et couvertes d'écailles brunes, on les appelle tussilages, elles sont parfaites pour guérir les mauvaises toux. Elles portent le surnom imagé de "pas d'âne " par référence à la curieuse forme de leurs feuilles.

tussilage.png

Retour à Nîmes, le jardin a encore changé en quelques jours, les lilas débutent juste leur floraison, l'herbe a beaucoup poussé, elle est parsemée d'une multitude de fleurs : véroniques bleues, soucis et géraniums sauvages, fumetterres, pissenlits, muscaris... et un peu partout les orchis à l'allure royale.

orchis.png

Quelle abondance de couleurs!

19 janvier 2009

Un écureuil peu farouche

 

ecureuil2.png

Je l'ai repéré alors qu'il descendait de l'arbre où il était perché et il s'est attardé au pied de ceui-ci, cherchant quelque pomme de pin à se mettre sous la dent. L'approche a été trés lente pour ne pas lui faire peur, petit pas par petit pas je me suis avancée vers lui et il a fini par m'oublier ou du moins par ne pas se sentir menacé.  J'ai eu tout le temps nécessaire pour bien l'observer. Le voilà qui trouve ce qu'il cherche, il se pose sur son arrière train et mange en faisant du bruit car ses puissantes incisives attaquent la coque du fruit souvent trés dure comme celle des amandes où il fait une entaille en forme de V.

Zut, un corbeau arrive et là c'est la panique, l'écureuil effrayé monte retrouver l'abri des branches. Dommage!

20 novembre 2008

Champignons nettoyeurs ou destructeurs?

 

champignons1.png

J'aime bien cette photo qu'une amie m'a envoyée. Champignons crème-orangé sur fond de souche d'arbre moussue, voilà une image automnale qui change un peu.

Les champignons qui poussent ainsi sur le bois mort sont des agents nettoyeurs importants des bois et des fôrets, ils rendent le bois tellement souple et friable qu' il finit par disparaitre.

Le problème c'est qu'ils ne se contentent pas de s'attaquer aux vieux troncs coupés, ils s'invitent parfois chez nous et s'en prennent aux arbres de nos jardins quand ils résentent des blessures, et là c'est catastrophique! La partie visible du champignon n'est que la partie apparente, le reste, le mycellium creuse le bois de plus en plus profondément et contre cela il n'y a rien à faire. Tôt ou tard le tronc atteint finit par se briser.

Il vaut mieux vaut agir préventivement en évitant de blesser l'arbre et en le soignant quand il présente une déchirure sur son écorce, mais malheureusement on n'a pas toujours l'oeil à tout...

En ce moment mon mimosa est attaqué par ce type de champignons et je vais devoir me résoudre à le couper afin que les troncs voisins ne soient pas atteint par ce fléau : et ça, "ça me fend le coeur"!