Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 novembre 2009

Une fin novembre fleurie au jardin

 

podranéa.png

Mais oui, il y a encore des fleurs dans le jardin! Les anthémis, les verveines, les sauges, les gaillardes  forment de belles touches de couleur, mais la plante qui en ce moment retient l'attention de tous y compris des petites abeilles, c'est la bignone rose appelée"podranea ricasoliana". Elle croule sous les grappes de feurs et il en  sera ainsi jusqu'à ce que le premier gel vienne brunir ses feuilles.

Cela fait 18 ans que cette belle grimpante est installée contre un pilier de la terrasse exposée plein sud, une orientation qui lui va à merveille. Les premières années je protégeais son pied mais maintenant qu'elle est âgée, elle résiste parfaitement  aux quelques gelées que nous avons parfois en hiver et je la laisse se débrouiller. Par contre, si vous habitez une région aux hivers moins cléments, entourez-la d'un voile d'hivernage, ce serait dommage de la laisser mourir de froid. Cette plante accepte la culture en pot , ce peut être une solution si les températures hivernales sont très basses chez vous, mais choisissez un contenant  suffisamment grand pour qu'elle soit à l'aise et mettez-le à l'abri en attendant que les beaux jours reviennent.

Exubérante, vigoureuse, la bignone rose est capable d'émettre des tiges de plusieurs mètres dans l'année mais  il faut les palisser car la plante n'a ni crampons ni ventouses et puis, il faut savoir la maîtriser car elle a tendance à prendre un peu trop ses aises.

Taillez-la! C'est ainsi qu'elle restera belle. Une première taille de propreté peut être faite après la floraison par temps doux, ensuite en fin d'hiver ou au tout début du printemps, soyez plus sévère cela la forcera à développer de nouvelles pousses au lieu de s'allonger démeusurément.

Cette plante se bouture très facilement au printemps. Lors de la taille, récupérez des tronçons de tiges et placez-les dans des pots remplis d'un mélange de terreau et de sable.

Avoir une telle floraison en fin d'automne, je vous le dis, c'est un bonheur!

20 novembre 2009

Une impatiens niamnamensis bien fatiguée

impatiens .png

Elle n'était pas en forme quand je l'ai récupérée et le voyage de 5 h pour arriver jusqu'à chez moi ne l'a pas arrangée! Me voilà donc aux petits soins pour cette plante originaire d'Afrique que j'espère bien sauver. En fait, la terre du pot était gorgée d'eau du fait du drainage insuffisant de celui-ci et cette pauvre impatiens avait les racines  en contact permanent avec une trop forte humidité ce qu'elle n'apprécie pas.

J'avais une impatiens niamnamensis que j'avais trouvée lors d'une fête des plantes et j'avais pu constater la fragilité des tiges (elles cassent facilement) ainsi que sa mauvaise adaptation aux intérieurs chauffés. Placée dans le séjour elle avait perdu peu à peu ses feuilles et j'avais fini par l'installer dans une pièce non chauffée et lumineuse où elle s'était refaite une santé. Une longue absence de ma part lui a été fatale

Celle que je soigne en ce moment est au régime sec en attendant que le substrat (que j'ai aéré) retrouve un degrès d'humidité normal et j'ai sorti la motte pour disposer un lit de gravier au fond du pot, cela fera un bon drainage. Les parties trop abîmées ont été enlevées (certains pieds étaient carrément pourris), des pousses commencent à apparaître sur celles qui sont en meilleure forme .  Je suis sûre que dans quelques temps elle sera tout à fait présentable mais en attendant ce n'est pas elle qui illustre ma note mais bien celle que j'ai malheureusement perdue!

12 novembre 2009

Ah, ces impatiens walleriana!

impatiens3.png


Elles sont parfaites! Très florifères, pimpantes, elles se plaisent en massifs comme en jardinière ou en pot et me donnent toujours satisfaction.

La plupart,  comme les impatiens "walleriana" aiment les situations ombragées ou mi-ombragées, c'est là qu'elles fleurissent le mieux car elles craignent les rayons trop brûlants du soleil estival qui abime leurs fleurs et dessèchent trop le substrat.

Celles qui sont sur ma terrasse sont encore en fleurs en ce moment mais le froid qui va bientôt arriver ici les fera périr si je les laisse dehors, alors je vais procèder à leur sauvegarde. Evidemment je ne vais pas  pouvoir les mettre toutes à l'abri. Je sélectionne les pieds les plus beaux et je les transplante dans des pots que je rentrerai afin qu'ils passent l'hiver à l'abri du froid, ils m'en seront tellement reconnaissants qu'ils fleuriront pendant les mois à venir.

Ces plantes sont gourmandes, il leur faut des arrosages répétés en été, mais maintenant qu'elles vont rester à l'intérieur leurs besoins seront moindre et je vais un peu réduire les apports d'eau. Au printemps je procèderais à leur  bouturage : rien de plus simple à faire, il suffit de couper des tronçons de tiges d'une quinzaine de centimètres et de les mettre dans un verre d'eau mais attention, laissez sécher la plaie de taille au moins une heure sinon vos boutures risquent de pourrir dans l'eau.

Allez assez papoté, il est temps pour moi d'aller "sauver"mes impatiens et la prochaine fois, promis je vous parle d'une impatiens  "niamniamensis" qu'on m'a donnée il y a peu et qui est en "soins intensifs" pour cause de fatigue généralisée!

15 octobre 2009

N'oubliez pas les marguerites d'automne

marguerite automne1.png

Vu de la terrasse, le jardin me semblait un peu triste ces derniers temps : pas question de laisser devant moi cette vue déprimante. Vite, un petit tour dans une jardinerie et me voilà en train de planter ...des chrysanthèmes! Pas ceux à grosses fleurs non, mais ceux qui ressemblent à des marguerites très colorées. Ces chrysanthèmes sont en fait des marguerites d'automne et fleuriront quelques semaines.

Normalement pour que ces plantes puissent résister à l'hiver, il vaut mieux les installer au printemps mais ici les hivers ne sont pas rudes et une protection suffira à les garder en vie. Petit truc pour les conserver si vous habitez une région froide, mettez-les dans des pots avant l'arrivée du gel et laissez-les à l'abri, au printemps elles redémarreront.

N'oubliez pas que ces marguerites aiment le soleil et si vous décidez de les installer en pleine terre, ne les remettez pas à la même place que l'année précédente pour éviter tout risque de maladie (fusariose).

05 octobre 2009

Toujours en beauté les sauges fleuries

sauge2.png

Quelle vaste famille que celle des sauges, on finirait par s'y perdre tellement elles sont nombreuses.

sauge3.png

De la sauge installée dans le carré des aromatiques à celles qui fleurissent une bonne partie de l'année, la palette est large et le choix parfois difficile.

sauge.pngSauge microphylla dont la belle "hot lips", sauge chamaedryoide au magnifique ton bleu, sauge jamensis au port érigé, sauge sclarée indigène dans le midi, sauge officinale si précieuse en plante condimentaire...et tant d'autres! Elles ont des couleurs vives  ou douces dans les tons de rouge, de rose, de bleu  dont on ne se lasse pas.

Vous pouvez compter sur elles pour fleurir un massif ou des jardinières et comme elles sont vraiment faciles à cultiver, ces plantes ne sont que du bonheur. Soleil, terre ordinaire, une taille en fin d'hiver et les voilà contentes.

A vrai dire je les trouve toutes à mon goût mais j'apprécie tout particulièrement la sauge de Graham qui fleurit sans discontinuer pendant de longs mois et qui ne craint ni le gel ni la sécheresse.

sauge4.png

Les boutures sont faciles à réaliser, il suffit de couper une tige d'une quinzaine de centimètres et d'enlever toutes les feuilles et pousses latérales, ne laissez que les feuilles de l'extrémité et plantez cette bouture dans un mélange de terreau et de sable. Profitez de cet automne si doux pour procéder à cette opération.

sauge1.png

21 septembre 2009

Boutures de rosier : on se lance!

rose7.png

Je parie qu'il y a quelque part un rosier qui vous tente! Bien sûr s'il se trouve dans un lieu publique vous resterez sur votre désir admiratif, mais s'il est chez votre voisin ou chez un ami?  Demandez un tronçon de tige à son heureux propriétaire et faites une bouture. Trop compliqué? Mais non, le rosier se bouture très bien et vous obtiendrez rapidement un sujet identique à celui qui vous plait tant.

Voici comment procéder. Prélevez des tronçons de tiges ayant fleuri cet été; vous pouvez le faire maintenant, septembre est un bon mois pour réaliser cette opération. Coupez des tronçons d'une vingtaine de centimètres en taillant juste au dessous d'un oeil ( ce point est très important). La partie centrale de la tige est la mieux adaptée pour réussir des boutures.

Plantez vos boutures ainsi obtenues dans des pots remplis de terre et de sable, enfoncez-les bien dans le substrat, seuls deux yeux doivent rester à l'air libre, le reste de la bouture doit être enterré. Arrosez et placez vos pots à l'abri du soleil .

J' installe mes pots de boutures sous des arbustes buissonnants à feuillage persistant pour qu'ils soient aussi protégés en hiver, certains les recouvrent  d'un plastique transparent, à vous de choisir la solution que vous préférez.

Voilà, vous n'avez plus qu'à attendre le printemps!

08 septembre 2009

De l'eau ! C'est désespérement sec au jardin

dsc03797.jpg

Trop sec ! Le sol n'a plus d'herbe et même la végétation locale souffre du manque d'eau : les olives sont frippées, les pistachiers térébinthes font grise mine et les lauriers-tin si résistants ont bien du mal à faire bonne figure. Les plantes en pots s'en tirent bien car je les arrose mais ce sont bien les seules que je peux aider, malheureusement, les autres devront attendre la pluie...

Ah, les heureux possesseurs d'un forage qui peuvent arroser sans retenue! Tiens à ce propos, si vous envisagez d'en faire creuser un chez vous, sachez que la législation est devenue stricte à ce sujet. Plus question de creuser comme on veut après avoir simplement fait appel à un sourcier, maintenant il faut faire une déclaration à la mairie au moins un mois avant le début des travaux et  une autre déclaration devra être faite à l'achèvement de l'ouvrage.

Le but de cette mesure et de comptaliliser les forages et d'étudier leur impact sur les nappes phréatiques. Si c'est pour mieux protéger notre environnement, alors...

04 septembre 2009

Connaissez-vous l'aptenia cordifolia?

aptenia1.png

Cette plante dégringolait en cascade le long d' un escalier extérieur chez ma voisine : c'était superbe! Ce jour-là, je suis repartie avec quelques tiges qu'elle m'avait gentiment offertes et que je me suis empréssée de planter dans des godets.

Les boutures d'aptenia sont faciles à réussir, il suffit d'enlever les feuilles du bas de la tige à planter et d'enfoncer celle-ci dans un mélange de terreau et de sable. Il faut laisser les godets à l'ombre et attendre quelques semaines. Au bout de quelques temps, les racines apparaissent puis de nouvelles feuilles voient le jour, vous pouvez alors installer votre aptenia cordifolia dans un pot, une jardinière ou même en pleine terre à exposition ombragée. Attention, la plante est gélive il faudra  la mettre à l'abri en hiver si vous habitez dans une région froide.

En ce moment elle a encore une multitude de petites fleurs rouges aux pétales très fins et ses longues tiges recouvrent toute la jardinière pour venir toucher le sol.

C'est une plante à découvrir par ceux qui ne la connaissent pas et à adopter par ceux qui aiment la facilité de culture.

13 août 2009

Ton laurier-rose te donne du souci?

laurier-rose-png.png
"Regarde, j'ai des feuilles de laurier-rose partout sur la terrasse, c'est normal qu'il en perde autant en ce moment?

-Là, tu t'affoles un peu vite, il  se déleste de quelques feuilles ce n'est pas non plus la catastrophe, tu peux constater qu'il a encore un feuillage bien fourni. Les végétaux  à feuillage persistant perdent aussi leurs feuilles sauf qu'ils ne les perdent pas toutes en même temps, ça n'a rien d'inquiétant. Par contre, tu vois ces traces et cette suie noirâtre? Ton laurier-rose à des pucerons ou des cochenilles...voyons...bon, ce sont des pucerons, c'est un moindre mal, il va falloir que tu te débarrasses de ces petites bêtes car elles fatiquent ton laurier-rose.

Quoi???Utiliser un insecticide chimique? Ah non! Pense un peu aux dégâts qu'ils causent à la planète!Tu peux très bien venir à bout de ces bestioles par d'autres moyens.

Tiens, utilise du purin d'ortie ou de fougère, c'est efficace : tu fais macérer les feuilles d'une de ces plantes dans de l'eau et tu attends quelques jours, après tu fais des pulvérisations avec le purin dilué. Trop compliqué de trouver ces plantes? Bon, alors je te conseille l'eau savonneuse dans laquelle tu mettras un peu d'alcool à 90 degrés, cà au moins ce n'est pas difficile à trouver.

Allez, courage tu vas venir à bout de ces bestioles"

 

 

 

24 juillet 2009

Des champignons bien éphémères

champignons.png
Ils étaient là tous les trois, bien en vue au pied du grassula mais  ils n'y sont pas restés longtemps, ces champignons, c'est bien connu ne s'attardent pas trop!
Je les ai trouvé mignons tout plein avec leur chapeau recouvert d'écailles et ils avaient une couleur jaune peu commune.
N'y connaissant rien dans le domaine des champignons, je suis donc allée sur internet et j'ai vite débusqué le nom de cet invité de passage : c'est un leucocoprinus birnbaumii, un nom pas facile à retenir ni à orthographier...
Ce champignon est un adepte des pots de fleurs, il aime le terreau qui s'y trouve et l'humidité qui y est présente.
Apparemment comme il s'est plu près du grassula, il y reviendra.

Lire la suite