Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 avril 2010

Des osteospermums en bordures et potées

osteospernums.png

Ceux que j'avais plantés dans des potées ont passé l'hiver sans encombre car ils avaient été mis à l'abri sous la terrasse. Ce n'est malheureusement pas le cas de tous ceux qui étaient installées en pleine terre depuis plus de 2ans mais qui cette année n'ont pas résisté aux températures négatives. Je m'en veux vraiment de ne pas les avoir protégés mais bon, c'est trop tard pour avoir des regrets!

Me voici avec de nouveaux pieds d'osteospermums à installer et je leur réserve une place de choix devant la barrière où ils pourront retomber sur les pierres qui la bordent. Le lieu est très ensoleillé et cela conviendra parfaitement à ces plantes qui ont besoin de soleil pour épanouir leurs fleurs en forme de marguerites colorées.

Une terre bien drainée, quelques arrosages, un peu d'engrais et voilà mes osteospermums tout contents. Ils auront vite fait de s'étoffer et de constituer une bordure gaie et bien fleurie.

J'avais vu grand au moment de mes achats, du coup il m'est resté des osteospermums que j'ai pu mettre dans des pots, ce type de culture leur convient mais il faut veiller aux arrosages pour ne pas qu'ils souffrent de leur expostion plein sud.

Avec toutes ces plantations, le jardin reprend belle allure!

 

 

12 avril 2010

Des orchidées bien nommées

ophrys araignée.png

Les orchidées sauvages portent des surnoms très évocateurs, tenez, prenez l'orchis bouc, avec une appellation pareille, vous vous doutez bien que son odeur est loin d'être un plaisir olfactif! Et puis comme elles se déguisent souvent en insectes elles en portent le nom : ophrys bourdon, ophrys mouche, ophrys abeille...Regardez la fleur et  vous aurez vraiment l'impression qu'un insecte est posé au bout de la tige. But de ce stratagème : leurrer l'insecte mâle auquel elle s'identifie et l'attirer afin que la pollinisation ait lieu. Etrange nature, le monde des orchidées est vraiment fascinant.

Celles que j'ai photographiées dans le jardin portent le nom bien mérité d'ophrys araignée, elles refleurissent tous les ans en même temps que les orchis pourpres que je vous ai déjà montrées.

Ce sont toutes deux  des adeptes de sols calcaires et se plaisent autant à l'ombre qu'au soleil.

10 avril 2010

Quelques fleurs sauvages


muscaris.png

Certaines fleurs sauvages n'ont pas fini de nous étonner. Tenez ce matin en faisant un tour dans le jardin j'ai trouvé de ravissantes jacinthes sauvages et de pimpants muscaris qui forment de belles taches bleues. Ils cotoient les orchis sauvages, les soucis et les roquettes qui s'éparpillent un peu partout dans cette terre caillouteuse. Tout cela au milieu de l'herbe qui pousse à vue d'oeil!

Les fleurs de muscari fanent vite, si vous en avez installé dans vos bordures ou vos massifs, vous avez pu le constater , mais elles sont remplacées par d'autres pendant tout le mois d'avril. Ces petites plantes se multiplient très facilement toutes seules. Laissez-les en place d'une année sur l'autre, elles sont très résistantes au gel et au fil du temps, les touffes deviennent de plus en plus importantes. Quand elles seront trop serrées les unes contre les autres, il faudra penser à les diviser, et  replanter les bulbes ailleurs sans plus attendre. Cette opération se fait quand la floraison est terminée, c'est dire que vous n'aurez pas trop à attendre pour le faire.

 

02 avril 2010

Les forsythias sont toujours fidèles au rendez-vous

forsythia.png

Vous aimez les forsythias? L'éclatante couleur jaune de leurs fleurs peut paraître agressive à certains, n'empêche, on est bien contents de voir arriver cette abondante floraison de début de printemps.

Il y en a quelques-uns dans le jardin, le plus vieux s'est marcotté tout seul et est devenu imposant, les autres sont issus de boutures réalisées en fin d'été. Cette façon de multiplier le forsythia  est simple et les échecs sont rares, ça vaut la peine de se lancer.

Facile à cultiver, résistant à la plupart des maladies, cet arbuste ne donne pas beaucoup de soucis. Les miens redoutent juste les longues périodes de canicule lorsque les arrosages font défauts mais ils se remettent rapidement dés qu'ils reçoivent de l'eau. Il m'est arrivé de constater quelques atteintes de galles sur les tiges, elles sont inesthétiques mais n'affectent pas vraiment la santé du végétal, il suffit de couper les tiges porteuses de ces excroissances pour régler le problème.  Un bon conseil quand même :  désinfectez soigneusement les sécateurs après avoir taillé l'arbuste atteint pour ne pas contaminer les autres.

 

 

31 mars 2010

Un bel arc -en- ciel

Un arc-en- ciel tout simplement, juste pour le plaisir des yeux. Il est apparu hier en fin de journée et s'est dessiné au dessus du micocoulier.

arc en ciel.png

29 mars 2010

Adoptons les haies sans contrainte

kolkwitzia.png

Démodées les haies strictes taillées au carré, et c'est tant mieux!  Les arbustes plantés pour former des haies libres  se développent harmonieusement en gardant une forme naturelle qui leur convient bien. Parmi les arbustes qui constituent de belles haies il faut retenir ceux qui ont des floraisons intéressantes comme les  viornes, les ribes, les lilas, les lauriers-tin, les buddleias...et ceux qui brillent par la beauté de leur feuillage comme les photinias, les choysias ou les fusains,  beaux en toute saison. En jouant sur les variétés d'arbustes on peut avoir un écran végétal qui soit décoratif toute l'année et c'est bien appréciable. Et si en prime les fleurs sont odorantes alors là...vous aurez tout gagné!

Ces haies libres qui fleurissent et fructifient attirent les papillons, les insectes pollinisateurs ainsi que les oiseaux qui y trouvent gîte et couvert, elles sont à privilégier d'autant qu'elles demandent moins de travail que celles qui sont bien rectilignes.

Bien sûr, il faut quand même leur apporter quelques soins esthétiques. De temps en temps, une légère taille d'entretien est nécessaire de même qu'une taille de propreté : naturel ne veut pas dire négligé!

24 mars 2010

Promesse des beaux jours : les tulipes renaissent ...

tulipe3.png

Une tulipe en fleur, voilà qui en réjouit plus d'un. Simples, doubles, frangées, à fleur de lis ou perroquet, ces fleurs allient simplicité et élégance. Il y a tellement de variétés que forcément vous ne pourrez qu'en trouver à votre goût mais c'est à l'automne qu'il faut les planter pour avoir une floraison printanière, alors si vous avez oublié de le faire vous n'aurez plus qu'à admirer celles du voisin...

Les bulbes de tulipes ne craignent pas le froid et peuvent donc  passer l'hiver en pleine terre mais pour espérer avoir des fleurs d'une année sur l'autre, il faut laisser les feuilles jaunir entièrement après la floraison et ne les couper que lorsqu'elles sont fanées car c'est cela qui permet au bulbe de se régénérer.

La variété qui est en fleurs en ce moment  chez moi est toute simple mais d'une couleur superbe, je vous laisse l'admirer et je retourne au jardin!

20 mars 2010

Changement de saison

printemps8.png


Voilà, nous sommes le 20 mars et le printemps est enfin là, du moins officiellement car question météo c'est plutôt tristounet dans de nombreuses régions!

Enfin, réjouissons nous, on va pouvoir semer, planter et s'occuper sérieusement du jardin. C'est le moment d'entreprendre de nombreux travaux et pour commencer de finir le grand nettoyage qui consiste à enlever tout ce que l'hiver a abîmé. Je vais arracher tout ce qui a malheureusement péri :  le callistemon est tout sec et mon bel anthémis ne redémarrera pas, il va finir sur le bûcher.

Les sauges vont être sévèrement raccourcies et taillées au point de démarrage de nouvelles pousses, les anciennes tiges des valérianes vont être coupées à ras, leurs jeunes feuilles sont déjà là, il faut que je me dépêche d'intervenir. Les yuccas et les agaves ont besoin de soins, ils ont beaucoup souffert du froid et de l'humidité, je vais enlever toutes les feuilles noircies.

Mes rosiers ont été taillés en février pendant une période où il ne gelait pas, ils sont maintenant bien avancés, cette taille précoce permet de gagner quelques  semaines sur la floraison , je l'ai adoptée il y a quelques années et depuis j'en suis une adepte inconditionnelle.

Et il faut aussi s'occuper des lavandes, préparer les massifs, les jardinières et les potées....pas le temps de discuter davantage aujourd'hui, à bientôt!

 

17 mars 2010

Quelques branches cassées...

taille.png

Vent, neige pesante ont peut-être endommagé quelques uns de vos arbres et c'est  le cas des miens. Les oliviers ont souffert des difficiles conditions climatiques de cette fin d'hiver; ces arbres qui supportent sans broncher les assauts du mistral ne sont pas habitués à faire face au poids de la neige qui pèse sur leur branches feuillues. Cassées, vrillées, ces dernières ont été coupées proprement afin d'éviter tout problème microbien qui pourrait survenir du fait de ces blessures.

Faut-il appliquer du goudron ou du mastic sur la plaie? Les avis sont partagés à ce sujet, certains jardinier le font, d'autres pas, personnellement je ne mets rien car à mon avis, un arbre en bonne santé est capable de cicatriser sans problème une plaie bien nette si l'outil utilisé a été bien désinfecté.

Les rameaux et les branches à terre ont été ramassés et seront brûlés sans tarder : dans peu de temps les feux seront interdits pour éviter les incendies.

11 mars 2010

L'orme : l'arbre "guérisseur"

orme1.png

L'oeil est attiré par la couleur rose-rouge et l'appareil photo est là pour faire un gros plan de ces  fleurs très originales. Elles sont petites, mais tellement nombreuses que la ramure de l'arbre encore dénudé prend une belle teinte rouge.

Le bosquet d'orme qu'il y a dans le jardin se porte bien ce qui n'est pas le cas de bon nombre de sujets qui périssent attaqués par la graphiose. Cette maladie due à un champignon véhiculé par un coléoptère, entraine le déssèchement des feuilles et des rameaux ce qui  conduit à la mort de l'arbre. Si le vôtre est atteint, il n'y a pas d'autre solution que de le couper mais rassurez-vous, la plupart du temps,  l'orme repart de la base. Par contre la longévité du sujet s'en trouvera amoindrie. Un orme en bonne santé peut vivre plusieurs centaines d'années, cela ne sera pas le cas des repousses.

Associé à de nombreuses légendes, cet arbre avait parait-il le pouvoir de guérir les enfants mais il fallait pour cela respecter un cérémonial qui se déroulait auprès d'un orme en fourche. L'enfant devait être passé entre ces deux fourches pendant que les formules magiques étaient dites...Pour donner une telle forme à l'arbre, on fendait le tronc et on maintenait les deux parties à l'aide d'un lien, le temps finissait par consolider le tout.

C'est en tous cas un très bel arbre qui assure une ombre bienfaisante en été et qui résiste bien aux conditions climatiques : froid et chaleur ne l'incommodent pas.