Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 mai 2010

Des herbes aromatiques pour une cuisine parfumée

persil.png

Cuisiner sans herbes aromatiques? Mais c'est pour moi carrément impossible tant elles apportent de saveur aux plats préparés!

Afin de les avoir sous la main, je les ai plantées dans des pots que j'ai installés près de la cuisine. Elles y poussent très bien car j'ai pris la précaution de choisir des contenants assez grands et j'ai mis un drainage efficace dans leur fond. Question substrat, j'ai utilisé un  terreau de bonne qualité ce qui évite les apports d'engrais.

J'ai ainsi de la menthe, du basilic, du persil, de la ciboulette et je compte bien leur donner de la sarriette pour compagne. Le thym, lui, est en pleine terre cela lui permet de se marcotter tout seul et de former de belles touffes.

La culture en pot de ces plantes est facile mais il faut veiller aux arrosages qui doivent être réguliers et il faut systématiquement couper les fleurs avant leur épanouissement pour les forcer à développer leur feuillage.

20 mai 2010

Quelques asphodèles bleues ...

asphodèle bleue.png

Cette année allez savoir pourquoi elles sont nombreuses à fleurir au fond du jardin, j'avais fini par me demander si j'allais garder ces touffes de feuilles qui ne contribuaient pas beaucoup au décor! Mais oui, finalement les hampes se sont décidées à apparaître et ça valait la peine d'être patiente car ces fleurs sont originales. Portées par de longues tiges, les fleurs regroupées en épis s'ouvrent progressivement du bas vers le haut et cela tout en finesse.

Les asphodèles que l'on rencontre le plus couramment dans la nature sont blanches ou jaunes, celles-ci sont bleues lavande mais leurs fleurs veinées sont plus petites que leurs congénères, qu'importe,elles me plaisent beaucoup.

Ces plantes ont une particularité intéressante, leur bulbe résiste aux incendies, pas étonnant qu'elles soient si présentes dans le midi!

16 mai 2010

Plante carnivore en fleurs : l'espèce "sarracenia Rubra"

plante carnivore 5.png.png


Il y a un mois déjà que cette photo m'a été donnée par une amie qui voulait me faire découvrir la superbe floraison de sa plante carnivore"sarracenia Rubra".  Aujourd'hui, je partage avec vous cette découverte aussi surprenante que belle.

Ces plantes carnivores ne sont pas très faciles à garder du fait qu'il leur faut une humidité savamment dosée accompagnée d'une grande luminosité et de températures fraîches en hiver. Lorsqu'elles se plaisent dans leur milieu, elles poussent bien et leur rhizomes se multiplient formant de belles touffes qui peuvent être divisées en tout début de printemps(fin mars).  Replantez les pieds séparés dans un substrat léger composé d'un mélange de  tourbe blonde et de sphaigne (2/3) auquel vous ajouterez des matériaux drainants comme la perlite.

 

 

 

 

14 mai 2010

Le melia azeradach se plait dans le midi

melia.png

L'avez-vous déjà vu cet arbre au feuillage découpé et à l'abondante  floraison mauve ? Si vous habitez dans le sud, vous n'avez pas pu le rater car il est  très présent dans nos villes où il orne les avenues et ombrage les parkings.Voilà un arbre qui m'a intriguée la première fois que je l'ai vu : en plein hiver ces fruits semblent passés à la bombe or et au moment de Noël c'est assez magique.

melia2.png

En ce moment les melias azeradach  sont en fleurs, de jolies fleurs très odorantes qui cohabitent avec les grappes de fruits dorés qui ont passé tout l'hiver sur l'arbre et qui commencent à tomber. Mais, autant les fleurs de cet arbre sentent bon autant leurs fruits dégagent une odeur désagréable quand ils sont écrasés au sol!

Le melia azedarach est un sujet qui aime les climats doux, il ne résiste pas aux périodes de fort gel et se cantonne donc dans le midi et le long de la façade atlantique; là où il se plait, il pousse bien et a même une croissance très rapide. A part cette intolérance au froid, cet arbre ne necessite pas beaucoup de soins , il a juste besoin d'être arrosé régulièrement.

12 mai 2010

Des fritillaires aussi utiles que belles

fritillaire1.png

Ce n'est pas à Nîmes que je les ai photographiées, ici leur floraison est terminée depuis quelques semaines car ce sont des plantes qui habituellement fleurissent en avril. Dans les régions au climat moins clément, elles se décident un peu plus tard à ouvrir leur fleurs disposées en  couronne surmontée d'un toupet vert : son surnom de couronne impériale lui va comme un gant.

Cette plante est une bulbeuse qui doit être installée en tout début d'automne, elle fleurira au printemps suivant. Regroupées pour avoir un  effet plus spectaculaire, les fritillaires peuvent rester en terre et finissent par se multiplier. Elles ont la réputation de faire fuir  taupes et  rongeurs incommodés par leur odeur : à essayer quand la pelouse se parsème de trou creusés par ces petits animaux, au moins c'est écologique et ces fleurs embellissent le jardin.

 

fritillaire.png

Il existe  une variété originale de fritillaires, les fleurs pendantes ont des pétales marbrés ou plus exactement au dessin en damier, on les a surnommées fritillaire "oeuf de pintade" ou "fritillaires pintade", ce sont des plantes de milieu humide,  elles sont protégées dans certaines régions car en voie de disparition. Si vous en croisez-une dans la nature, ne la cueillez pas, contentez-vous de l'admirer.

 

10 mai 2010

Coup de coeur pour la glycine

glycine.png

En ce moment les glycines sont au hit parade des plantes grimpantes les plus spectaculaires : leur abondante floraison en grappe ne passe jamais inaperçue en mai-juin.

Il y a non loin de chez moi une superbe glycine du Japon aux longues grappes de fleurs roses, l'ensemble est aérien et plus léger que lorsqu'il s'agit de la glycine de Chine dont les fleurs forment des grappes courtes et bien fournies. Cette dernière fleurit plus précocement que son homologue japonaise et est plus parfumée, mais comme elle fleurit  tôt dans la saison, sa floraison  est parfois abîmée par les gelées printanières. Il vaut mieux tenir compte de cet élément au moment de choisir une glycine.

Par curiosité, j'avais essayé il y a bien longtemps d'en planter une dans un grand pot, eh bien je vous déconseille bien de le faire car cette plante très vigoureuse ne s'épanouit pas dans un contenant même de grande taille, il lui faut de l'espace et un sol où elle puisse s'ancrer sans contrainte.

Et pas question de la laisser se débrouiller toute seule, elle a besoin d' un support solide sur lequel elle doit être attachée.

 

 

08 mai 2010

Les lauriers-tin et les micocouliers se ressèment si facilement...

laurier-tin.png

Incroyable comme les lauriers-tin ont la possibilité de pousser un peu partout! Chaque année c'est la même histoire, il faut que je les enlève des pots de fleurs qu'ils squattent sans état d'âme! Remarquez, ils ne  sont pas les seuls car les micolouliers leurs tiennent compagnie, ceux-là sont champions toutes catégories pour ce qui est de la levée de leurs graines.  Potées, jardinières et massifs situés à proximité de ces arbres sont envahis et en ce moment le nettoyage est sévère, il faut enlever tous ces petits plants indésirables pour éviter qu'ils ne s'imposent. La nature a parfois une exubérante envie de s'étendre!

Les lauriers-tin sont des arbustes intéressants : ils ont une belle floraison et des baies bleu-métallique qui leur permettent d'être attractif toute l'année.  Ils constituent des bosquets naturels et se mêlent à d'autres arbustes pour former des haies compactes sur certaines limites du jardin, leur taille s'y prête bien car ils ne sont pas très hauts.

Les micocouliers eux sont de taille respectable, ce sont de beaux arbres aux branches souples qui en été offrent une ombre appréciable. Ils se plaisent bien dans le sud où climat et sol leurs conviennent parfaitement ce qui leur permet de culminer jusqu' à 20 ou 25 m, ailleurs le froid freine leur croissance et ils ne dépassent guère les 10m. Inutile toutefois de planter ce bel arbre dans les zones les plus froides, il n'y poussera pas.

25 avril 2010

Aimez-vous les corêtes du Japon?

corêtes.png

Ce sont des arbustes que j'ai plantés il y a quelques années.  En fait, à l'origine, j'avais fait des boutures de tiges récupérées au cours d'une balade, elles avaient toutes fait de belles racines et une fois replantées avaient donné des arbustes bien vigoureux.  Les corêtes du Japon ont une jolie floraison jaune tout en pompons qui couvre les tiges très flexibles de ces arbustes que j'affectionne tout particulièrement. Très facile à vivre, ils n'ont pas d'exigences particulières et ne demandent qu'à se développer.  C'est là justement ce qui peut déplaire à celui ou celle qui les adoptent : les corêtes du Japon font beaucoup de rejets et prennent leurs aises en tous sens, finissant par devenir quelque peu envahissants.

La taille? Je raccourcis les tiges après la floraison, c'est la meilleure façon de les voir se couvrir de fleurs l'année suivante. Quant aux boutures, si ça vous tente d'essayer,  faites-les en aôut / septembre, vous aurez toutes les chances de les réussir.

21 avril 2010

Les insectes pollinisateurs s'en donnent à coeur joie!

cetoines.png

Il y a ceux qui s'activent tout en douceur et légèreté, butinent sans laisser de trace et puis il a ceux qui ne font pas dans la dentelle :  ils s'enfouissent au coeur de la fleur, la piétine et abîment ses pétales. Dans la première catégorie on peut placer l'abeille et le papillon et dans la deuxième je mettrai en tout premier la cétoine.

Certes ce coléoptère est d'une magnifique couleur vert métallique et sa larve est utile mais  alors, que de dégâts il cause quand il s'installe : roses machouillées, pétales de cistes, de lilas ou de spirées endommagés, cet insecte est loin de butiner tout en finesse.

Vous reconnaitrez facilement ces larves, elles ressemblent beaucoup à celles du hanneton. j'en trouve régulièrement en grand nombre dans mes pots de fleurs quand je rempote mes plantes et je les enlève pour éviter qu'ils ne s'attaquent aux racines des plantes ce qu'ils font quand ils sont en surpopulation.

19 avril 2010

Soignons nos lilas pour pouvoir profiter de leur floraison parfumée

lilas4.png

Dans le jardin, ce sont les lilas à fleurs blanches qui ouvrent le bal, leur floraison est bien plus brève que celles des lilas mauves mais je l'attends toujours avec grande impatience car j'adore le parfum de ces fleurs. L'année dernière, dans un bosquet, certains pieds étaient maladifs,  quelques  branches étaient desséchées et en y regardant de plus près, j'avais vu des petits trous sur les tiges, j'avais donc décidé de recéper les sujets atteints.

Ces trous percés dans le bois sont  le signe de la présence de la sésie, un insecte ravageur dont la femelle pond sous l'écorce de certains arbres ou arbuste dont les lilas. Ce sont les larves qui creusent les galeries dans le bois ce qui entraînent le dépérissement des branches atteintes. A titre curatif il faut utiliser un insecticide mais le mieux est de prévenir ce type de problème en coupant régulièrement les tiges anciennes car ce sont elles qui sont concernées. Ces lilas sont en parfaite santé ce printemps mais bien sûr la floraison de ceux qui ont été taillés aussi sévèrement n'est pas au rendez-vous, d'où l'intérêt de ne pas tout recéper la même année.

Cette opération doit rester occasionnelle mais après la floraison par contre il est bon de raccourcir un peu les rameaux qui ont porté les fleurs. Si vous faites de nombreux bouquets la taille en sera simplifiée :une raison supplémentaire de ne pas se priver pour en garnir nos vases.

lilas5.png

Je coupe rarement les fleurs du jardin pour en faire des bouquets car je préfère les voir vivantes à l'extérieur mais le lilas fait exception, d'une part parce que son parfum me ravit et d'autre part parce que ces arbustes sont tellement florifères que le prélèvement effectué ne se voit même pas.