Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 mars 2010

Changement de saison

printemps8.png


Voilà, nous sommes le 20 mars et le printemps est enfin là, du moins officiellement car question météo c'est plutôt tristounet dans de nombreuses régions!

Enfin, réjouissons nous, on va pouvoir semer, planter et s'occuper sérieusement du jardin. C'est le moment d'entreprendre de nombreux travaux et pour commencer de finir le grand nettoyage qui consiste à enlever tout ce que l'hiver a abîmé. Je vais arracher tout ce qui a malheureusement péri :  le callistemon est tout sec et mon bel anthémis ne redémarrera pas, il va finir sur le bûcher.

Les sauges vont être sévèrement raccourcies et taillées au point de démarrage de nouvelles pousses, les anciennes tiges des valérianes vont être coupées à ras, leurs jeunes feuilles sont déjà là, il faut que je me dépêche d'intervenir. Les yuccas et les agaves ont besoin de soins, ils ont beaucoup souffert du froid et de l'humidité, je vais enlever toutes les feuilles noircies.

Mes rosiers ont été taillés en février pendant une période où il ne gelait pas, ils sont maintenant bien avancés, cette taille précoce permet de gagner quelques  semaines sur la floraison , je l'ai adoptée il y a quelques années et depuis j'en suis une adepte inconditionnelle.

Et il faut aussi s'occuper des lavandes, préparer les massifs, les jardinières et les potées....pas le temps de discuter davantage aujourd'hui, à bientôt!

 

17 mars 2010

Quelques branches cassées...

taille.png

Vent, neige pesante ont peut-être endommagé quelques uns de vos arbres et c'est  le cas des miens. Les oliviers ont souffert des difficiles conditions climatiques de cette fin d'hiver; ces arbres qui supportent sans broncher les assauts du mistral ne sont pas habitués à faire face au poids de la neige qui pèse sur leur branches feuillues. Cassées, vrillées, ces dernières ont été coupées proprement afin d'éviter tout problème microbien qui pourrait survenir du fait de ces blessures.

Faut-il appliquer du goudron ou du mastic sur la plaie? Les avis sont partagés à ce sujet, certains jardinier le font, d'autres pas, personnellement je ne mets rien car à mon avis, un arbre en bonne santé est capable de cicatriser sans problème une plaie bien nette si l'outil utilisé a été bien désinfecté.

Les rameaux et les branches à terre ont été ramassés et seront brûlés sans tarder : dans peu de temps les feux seront interdits pour éviter les incendies.

21 février 2010

A tenter : l'hybridation des hellebores

hellebore.png

Alors, vous êtes prêt pour tenter l'aventure de l'hybridation des hellébores? Vous allez voir, ce n'est pas très compliqué mais il va falloir vous montrer méticuleux et patient.

D'abord il faut bien sélectionner les fleurs que vous voulez hybrider. Rappelez-vous que les caractères de la fleur qui sera considérée comme la fleur mère l'emporteront sur ceux de la fleur dont on utilisera seulement les étamines.

Choisissez une fleur à peine ouverte et otez-lui les étamines mais laissez le pistil intact ( ce sera la fleur "mère"). Sur l'autre fleur sélectionnée, récupérez du pollen à l'aide d'un pinceau et déposez-le sur le pistil de l'autre . Opérez très délicatement. Recouvrez la fleur avec un sac en voile (faites-en un avec du voile d'hivernage c'est parfait) afin de la protéger et attendez la montée en graines.

Voilà, il ne vous restera plus qu'à semer les graines que vous récupèrerez en fin de printemps.

 

 

17 février 2010

Heureusement qu'il y a des courageuses!

pensée7.png

Les jardins sont bien désolés, la grisaille domine mais regardez bien, certaines plantes courageuses bravent le froid pour nous offrir leur floraison. Le jasmin d'hiver est couvert de petites fleurs jaunes, les pensées font un effort pour ouvrir quelques boutons quand le redoux intervient et surtout, les hellébores sont les fidèles alliées de ces jours ternes et froids.

hellebore1.png

Elles fleurissent en hiver (c'est pour cela qu'on les surnomme "roses de Noël) et c'est un sérieux atout pour elles! Laissez quelques fleurs fanées sur les tiges, elles se ressèmeront facilement et vous aurez de nombreux pieds qui s'hybrideront tout seuls ce qui vous donnera des hellebores originales.

Vous voulez procéder vous même à une hybridation? Rendez vous sur la prochaine note, je vous détaillerai la technique...

15 février 2010

Patience....

fraises1.png

Coup de fil amical ce matin d'une personne qui me demande tout à trac si elle peut planter des fraisiers en ce moment. Certes, théoriquement les fraisiers peuvent être installés de février à mai encore que la meilleure période pour le faire est sans aucun doute l'automne. Mais bon, manque de temps, oubli ou flemme à l'approche des mauvais jours, ces plantations n'ont pas été faites en octobre alors que la terre encore chaude aurait permis une bonne installation des plantes. Trop tard pour avoir des regrets...Maintenant qu'on arrive à la fin de l'hiver, voilà qu'on repense aux fraises à déguster  à l'arrivée des beaux jours mais attention, le sol est gelé ou couvert de neige un peu partout, ce n'est pas le moment de se lancer dans ce type de jardinage.

Patience, attends que le froid se soit un peu éloigné sinon tes fraisiers vont souffrir inutilement dans un sol glacial. Et quand tu les mettras en terre pense à bien engraisser le sol, ce sont des gourmands!

01 février 2010

Voulez-vous faire votre moutarde?

m.png

Avez-vous déjà pensé à faire votre propre moutarde? Ce n'est pas bien difficile à réaliser mais il faut avoir des graines de moutarde et ce n'est pas en supermarché que vous allez débusquer ces petites graines qui ressemblent à des lentilles. Allez faire un tour dans les épiceries fines ou dans certains magasins bio, vous aurez plus de chance d'en trouver .

Voici comment procéder.

Pour obtenir 500gr de moutarde il va vous falloir :

250 gr de graines de moutarde

25 cl de vinaigre de cidre ou tout autre vinaigre de  votre choix ( selon celui qu'on utilise on obtient un goût différent)

2 c à soupe d'eau

2 c à café de sucre en poudre

2 pincées de sel

 

Commencez par laver les graines à grande eau, ensuite mettez-les dans un saladier et faites-les tremper toute une nuit dans 25cl de vinaigre de cidre ou autre . Laissez macérer pendant  48h .

Passé ce délai, broyez les graines avec  le vinaigre dans lequel elles ont trempé, si vous avez un mortier utilisez-le, sinon faites cela avec votre robot ménager.

Quand cette opération est terminée, ajoutez les 2 c à soupe d'eau et les 2 c à café de sucre en poudre ainsi que les 2 pincées de sel.

Vous pouvez bien sûr incorporer les aromates de votre choix, l'estragon donne une petite saveur bien agréable. Laissez reposer cette moutarde sans la couvrir pendant au moins 24 h puis mettez-la dans un pot fermé que vous placerez au frigo.

Et voilà, vous voyez que ce n'est pas bien compliqué!

 

 

15 décembre 2009

Des orangettes très chocolat pour Noël

orange1.png

Noël approche à grands pas, il est temps de penser à ce qu'on va bien pouvoir préparer pour agrémenter cette fête. Les orangettes sont faciles à faire et peu onéreuses à réaliser, il va juste falloir trouver un moment où vous ne serez pas dérangé  car le chocolat n'attend pas une fois qu'il est à bonne température!

 

Pour faire vos orangettes il va vous falloir : du bon chocolat noir à 70% de cacao minimum, des oranges non traitées et du sucre (80gr à 100gr).

Lavez les oranges, coupez les deux extrémités puis faites deux entailles sur la peau de façon à obtenir 4 morceaux.

Enlevez la peau en la décollant doucement, posez chaque partie bien à plat et découpez des lanières de 0,5 cm de large

Prenez une poële et faite cuire vos fines lamettes dans un verre d'eau, au bout de 15 mn parsemez-les de sucre et laissez cuire à feu moyen pendant encore 15mn. Sortez-les de la poële et posez-les les unes à côté des autres sur du papier sulfurisé. Laissez-les refroidir.

Pendant ce temps, cassez votre plaque de chocolat en petits morceaux et faites- les fondre à feu très doux, remuez bien pour faire un mélange homogène

Trempez chaque orangette dans le chocolat après l'avoir posée bien à plat sur une fourchette.

Placez-les au fur et à mesure sur un plateau recouvert de papier sulfurisé et attendez le lendemain pour la dégustation.

Alors,  qu'est ce que vous en pensez?

 

10 décembre 2009

N'oubliez pas les pensées

pensée7.png

Mes pensées ont été plantées en même temps que les marguerites d'automne que j'avais choisies et depuis fleurissent à tout va alors que ces dernières sont fanées depuis un bon moment.

C'est sûr, on peut compter sur elles pour assurer un décor coloré pendant plusieurs mois! En fait il n'y a guère qu'en été que ces plantes ne fleurissent pas, le reste de l'année, elles ouvrent vaillamment leurs boutons floraux quelque soit le temps y compris sous la neige et là le spectacle est magique.

Ce sont des bisannuelles qu'il faut semer entre le mois de juin et le mois d'août dans des caissettes laissées à l'ombre et dont le substrat (terreau et sable à parts égales) est gardé légèrement humide, le repiquage en godets se fait quand les plantules sont assez grandes soit environ 1 mois après les semis. A l'automne les jeunes plantes sont installées en massif, en pot ou en suspension.

Pour le moment , il faut profiter de celles qui sont en fleurs et ne pas oublier d'enlever les fleurs fanées en pinçant leur pédoncule.

Ah, j'allais oublier de vous parler de sa saveur légèrement sucrée! Utilisez ces fleurs pour décorer plats et salades, elles sont parfaitement comestibles et agrémentent joliment les plats.

20 novembre 2009

Une impatiens niamnamensis bien fatiguée

impatiens .png

Elle n'était pas en forme quand je l'ai récupérée et le voyage de 5 h pour arriver jusqu'à chez moi ne l'a pas arrangée! Me voilà donc aux petits soins pour cette plante originaire d'Afrique que j'espère bien sauver. En fait, la terre du pot était gorgée d'eau du fait du drainage insuffisant de celui-ci et cette pauvre impatiens avait les racines  en contact permanent avec une trop forte humidité ce qu'elle n'apprécie pas.

J'avais une impatiens niamnamensis que j'avais trouvée lors d'une fête des plantes et j'avais pu constater la fragilité des tiges (elles cassent facilement) ainsi que sa mauvaise adaptation aux intérieurs chauffés. Placée dans le séjour elle avait perdu peu à peu ses feuilles et j'avais fini par l'installer dans une pièce non chauffée et lumineuse où elle s'était refaite une santé. Une longue absence de ma part lui a été fatale

Celle que je soigne en ce moment est au régime sec en attendant que le substrat (que j'ai aéré) retrouve un degrès d'humidité normal et j'ai sorti la motte pour disposer un lit de gravier au fond du pot, cela fera un bon drainage. Les parties trop abîmées ont été enlevées (certains pieds étaient carrément pourris), des pousses commencent à apparaître sur celles qui sont en meilleure forme .  Je suis sûre que dans quelques temps elle sera tout à fait présentable mais en attendant ce n'est pas elle qui illustre ma note mais bien celle que j'ai malheureusement perdue!

12 novembre 2009

Ah, ces impatiens walleriana!

impatiens3.png


Elles sont parfaites! Très florifères, pimpantes, elles se plaisent en massifs comme en jardinière ou en pot et me donnent toujours satisfaction.

La plupart,  comme les impatiens "walleriana" aiment les situations ombragées ou mi-ombragées, c'est là qu'elles fleurissent le mieux car elles craignent les rayons trop brûlants du soleil estival qui abime leurs fleurs et dessèchent trop le substrat.

Celles qui sont sur ma terrasse sont encore en fleurs en ce moment mais le froid qui va bientôt arriver ici les fera périr si je les laisse dehors, alors je vais procèder à leur sauvegarde. Evidemment je ne vais pas  pouvoir les mettre toutes à l'abri. Je sélectionne les pieds les plus beaux et je les transplante dans des pots que je rentrerai afin qu'ils passent l'hiver à l'abri du froid, ils m'en seront tellement reconnaissants qu'ils fleuriront pendant les mois à venir.

Ces plantes sont gourmandes, il leur faut des arrosages répétés en été, mais maintenant qu'elles vont rester à l'intérieur leurs besoins seront moindre et je vais un peu réduire les apports d'eau. Au printemps je procèderais à leur  bouturage : rien de plus simple à faire, il suffit de couper des tronçons de tiges d'une quinzaine de centimètres et de les mettre dans un verre d'eau mais attention, laissez sécher la plaie de taille au moins une heure sinon vos boutures risquent de pourrir dans l'eau.

Allez assez papoté, il est temps pour moi d'aller "sauver"mes impatiens et la prochaine fois, promis je vous parle d'une impatiens  "niamniamensis" qu'on m'a donnée il y a peu et qui est en "soins intensifs" pour cause de fatigue généralisée!