Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 juin 2012

Sachons apprécier les poireaux sauvages

poireaux,fleurs,legume,jardin

Ils poussent dans les talus et viennent tenir compagnie aux fleurs de mon jardin. Beaucoup passent sous la lame de la tondeuse mais ceux qui ont  la bonne idée de s'installer dans les massifs mènent leur vie et donnent une floraison qui ne dépare pas au milieu des plantes ornementales.

Ces poireaux sauvages, très communs dans la garrigue se mangent quand ils sont jeunes (en hiver) car ils sont alors très tendres, leur goût est  plus prononcé que les poireaux de culture et on peut réaliser avec eux de succulentes tartes ou de bonnes omelettes à moins qu'on ne préfére les déguster tout simplement en vinaigrette.

Qui dit floraison dit semis, je crois bien qu'il y aura toujours ces belles boules fleuries chez moi.

31 mai 2012

Les iris ont pris de l'ampleur

IMG_1630.JPG

Cette année les iris violets ont été devancés par les bleus mais à un certain moment ils se côtoient et leurs coloris se marient parfaitement. Cet été il va falloir que je les dédouble car ils se sont trop développés et ont besoin d'être séparés.  Ce travail est facile car ces plantes se détachent sans problème quand on les arrache, il faut alors partager les rhizomes en les coupant net et en faisant attention à ce que chaque morceau gardé ait des racines. Les iris replantés ne doivent pas être enterrés, ils doivent juste affleurer le sol.

Voilà pour la multipication à venir mais pour le moment je les laisse terminer leur floraison.

03 avril 2012

Le printemps est bien installé

 

fleurs,jardins,pervenche

Et voilà ce besoin de biner, planter et tailler qui revient avec les beaux jours.

Par où commencer tout le travail qui m' attend ? Le forsythia est en pleine floraison mais dés que celle-ci sera terminée, il faudra sortir le sécateur pour raccourcir les branches.

Le mois dernier, j'ai  rabattu mes fuchsias un peu dégingandés au sortir des mauvais jours , j'en ai profité pour faire quelques boutures dans du terreau et  je les ai  laissées à l'abri sous la terrasse, cela fait  de nouveaux pieds de cette plante que j'aime beaucoup.

De nombreuses vivaces n'ont pas résisté au froid que nous avons eu, les géraniums, les verveines, les anthémis  qui revenaient d'une année sur l'autre sont morts malgré leur protection, mes cycas ont jauni mais là je vais attendre en croisant les doigts pour que de nouvelles pousses apparaissent!

Allez, ce n'est pas le travail qui manque dans le jardin en ce moment ,il est temps d'y retourner ...

 

 

28 février 2012

Enfin la douceur!

amandier.png

Nous avons bien grelotté en ce mois de février et puis la douceur est arrivée et voilà les amandiers  bons précurseurs du printemps qui se couvrent de fleurs. Un plaisir des yeux que l’on ne boude pas et qui donne envie de reprendre les outils pour préparer la belle saison au jardin.

Températures douces, voire même chaudes et soleil incitent à commencer quelques travaux, c’est ainsi qu’hier j’ai attaqué la plantation de quelques primevères qui apportent couleur et gaieté devant la terrasse.

ormes,fleurs,printemps

Les tulipes poussent, les lilas sont bien avancés, les ormes rosissent….ouf, le printemps est à nos portes !

 

27 octobre 2011

C'est le moment de planter les tulipes

tulipes.PNG

Mais oui,  c'est le moment de planter les bulbes de tulipes qui fleuriront au printemps. J'avais à mettre en terre de beaux oignons de tulipes provenant directement de Hollande, c'est dire que j'ai mis toute mon attention dans cette installation.

Emplacement bien choisi pour que les tulipes aient du soleil, terre ameublie pour que les bulbes puissent s'installer confortablement, profondeur (2 à 3 fois la hauteur du bulbe), espacement (10cm entre chacun), toutes les conditions requises ont été respectées.

Mis en terre maintenant, les bulbes vont s'adapter à leur environnement avant l'arrivée du froid, élément indispensable au déclenchement de la future floraison.

19 octobre 2011

Les mantes religieuses préparent la génération à venir

animaux,insecte,mante religieuse,reproduction

En septembre/octobre,  les mantes religieuses femelles trainent de gros abdomens. Le temps des accouplements  passé, elles  pondent 200 à 300 oeufs qui resteront à l'abri dans un cocon très structuré que la mante fabrique sur un support (ici sur la photo c'est un montant en bois, mais on en trouve sur les murs ou sur de grosses pierres comme sur la dernière photo).

animaux,insecte,mante religieuse,reproduction

D'abord mou et de couleur claire (photo ci-dessus où il est tout récent), le cocon (oothèque) sèche, durcit et devient plus foncé, il adhère puissamment à son support et lorsqu'on essaie de l'enlever il laisse des traces.

animaux,insecte,mante religieuse,reproduction

Conçu pour résister au temps et aux intempéries, il protège bien les oeufs qui y passent plusieurs mois avant d'éclore. Au printemps de petites larves sortent et l'oothèque désertée ( photo ci-dessus) reste longtemps en place.

Beaucoup de petites mantes religieuses se font dévorer par d'autres insectes avant d'atteindre l'âge adulte, cela régule leur population.

05 octobre 2011

Graines de cosmos à conserver

cosmos1.png

De passage dans un joli petit village du Gers, je suis restée en arrêt devant un massif de cosmos absolument superbe. Roses,  blancs, rouges , orange, ils faisaient un mélange étonnant.

fleurs,cosmos,plante,jardin

D'un coup, je me suis rappelée qu'autrefois j'avais toujours des cosmos dans le jardin. Mais comment ai-je pu les oublier ces dernières années?  Sûr, l'année prochaine il y aura de nouveau des  cosmos chez moi!

cosmos,fleurs,plante,jardin

En vue de ce futur projet de semis, j'ai décidé ce jour- là de récupérer quelques graines, elles sont bien sèches et attendront dans un sachet en papier que les beaux jours reviennent. On peut semer ces graines en avril en les gardant à l'intérieur mais franchement, c'est bien plus facile d'effectuer les semis en pleine terre au mois de mai.

Bon, il va falloir attendre quelques mois!

03 juillet 2011

Naissance d'une cigale sous le soleil du midi

cigale1.PNG

Nimes: 11heures du matin. C'est en flânant dans le jardin écrasé de soleil en ce matin de juillet que je l'ai aperçue. La nymphe déchirée laissait s'échapper le corps de la cigale en pleine mutation. Image impressionnante que cette cigale immobile sortant lentement de son enveloppe. Elle est verte, ne bouge pas, glisse seulement doucement et finit par tomber au sol.

cigale2.PNG

Pas question de la laisser sous la menace des chats qui auraient vite fait de s'en emparer. Je lui tends une tige, elle s'y accroche et je la pose sur une branche de l'accacia où je peux l'observer à souhait.

cigale3.PNG

Ses ailes d'abord recroquevillées se déplient petit à petit, s'allongent et offrent le beau spectacle de leurs menbranes translucides.

cigale 4.PNG

midi,languedoc,cigale,mue,sud

A midi, elle a les ailes complètement déployées et ne bouge toujours pas, elle se repose et laisse son corps  durcir à l'air. Petit à petit, la cigale change de couleur, d'un somptueux vert amande au début de la métamorphose, elle devient beige puis marron grisé.

Cigale8.PNG

A 14h, elle est toujours là mais, une demi-heure plus tard quand je reviens l'observer, elle s'est envolée,  partie rejoindre ses soeurs pour chanter tout l'été.

26 novembre 2010

Fleurs sous la gelée blanche

rose1.png

Beau spectacle offert hier au petit matin : les plantes étaient  recouvertes d'une pellicule blanche scintillante. Les roses, les anthémis, les osteospernums, les ficoïdes, les phlomis, les oeillets et roses d'inde...vont ainsi finir leur floraison car les températures annoncées sauront les décourager d'ouvrir quelques boutons de fleurs!

anthemis.png

 

 

 

oeillets d'inde1.png

...

phlomis.png

vont ainsi finir leur floraison car les températures annoncées vont les décourager d'ouvrir quelvont ainsi finir leur floraison car les températures annoncées vont les décourager d'ouvrir quelques boutons de fleurs! ques boutons de fleurs!


osteospermun.png
ficoïde.png

16 novembre 2010

Visite : le barrage de Malpassé près de Fréjus

malpassé.png

Il faut marcher un peu pour atteindre ce site de triste mémoire. Il fait beau et nous grimpons allègrement jusqu'aux ruines de ce qui fut un grandiose barrage. Le chemin qui y conduit est parsemé d'éboulis. D'énormes blogs d'où s'échappent de grosses barres de fer nous font comprendre qu'il s'agit de morceaux de l'ouvrage qui ont été emportés par l'eau dévastatrice. Nous avançons au milieu d'une végétation méditerranéenne qui a largement repris le terrain, le lieu est paisible et rien, mis à part les gros blocs de bétons dispersés ça et là, rien, ne laisse immaginer le drame qui s'est joué là le 2 décembre 1959 juste après 21h.

Nous voilà au pied de ce qui reste de barrage. Seuls deux pans accolés à la paroi rocheuse subsistent, le reste a été emporté, laissant un trou béant. Vision effroyable qui nous laisse  imaginer toute la force de l'eau qui s'est engouffrée par cette large brèche, causant la mort de 423 personnes sur son passage.

Personne n'a oublié cette tragédie.